Chiffre d’affaires en chute libre, une clientèle aux abonnés absents, des fermetures inévitables… Voilà plusieurs jours que les gilets jaunes opèrent des opérations sur les routes et que toute l’économie du pays catalan est plongée dans le chaos.

- PUBLICITÉ -

À l’approche des fêtes de fin d’année, les grandes surfaces commerciales comme Carrefour Claira, sont habituellement ouvertes le dimanche. Hier, le supermarché de la zone Salanca était fermé. Un manque à gagner pour l’enseigne et tous les restaurants aux alentours.

« L’emploi va en pâtir »

« Je comprends parfaitement ce mouvement, tout le monde est concerné, mais il faut trouver une autre alternative. Ma trésorerie est dans le rouge, à l’approche de charges et de taxes toujours plus nombreuses. Habituellement, nous recrutons plusieurs personnes pour nous renforcer en cette période réputée comme intense, mais là, c’est financièrement impossible et même pire, nous devons baisser les primes de nos collaborateurs » témoigne le responsable d’une grande enseigne de Perpignan, estimant que c’est « l’emploi qui va en pâtir ».

La nuit dernière aura été mouvementée au péage sud de Perpignan. Un important dispositif de police a été déployé pour déloger les gilets jaunes et libérer plusieurs dizaines de camions bloqués. Face à un Gouvernement qui ne faiblit pas, les jours qui suivent pourraient être concernés par de nouvelles perturbations.